juillet 9, 2017

Dom Juan – 2 versions à partir du 21 juillet 2017

Le nouveau projet de La Citerne Bleue est de proposer en alternance deux versions de la pièce de Molière.

Deux personnages qui vivent dans une époque différente avec des contraintes différentes et un but différent.

Dans la version artiste, nous sommes dans une époque moderne, Dom Juan est un artiste de variété (pianiste) qui sombre dans le consumérisme le plus total.
Femme, alcool, il est torturée par sa musique et écorne sans cesse son image.

Toute la pièce est vue à travers lui, quand il ne travaille sur son piano, il écume les bars avec Sganarelle pour boire, séduire et oublier… ?

Nous suivons pas à pas sa déchéance.

La mort est perçue symboliquement comme une chute, elle peut s’apparenter aux grandes figures comme Jimmy Hendrix, Jim Morrison ou… Gainsbourg.

Dans la version western,  Dom Juan est un personnage romantique. qui recherche, ville après ville, un idéal féminin. Il est dirigé uniquement par son désir. Il est poursuivi par une horde qui souhaite venger l’affront d’une sœur, cousine ou amie(s) abandonnées.
C’est un joueur de poker, le but ne l’intéresse pas, c’est le désir amoureux qui le porte.

« Le plus beau désir est le désir inassouvi » Oscar Wilde

Le personnage est jeune, il a une trentaine d’années. Les ressorts de séduction sont différents, les rapports sont plus tendres, plus érotiques.

La question d’une étreinte physique se pose sans avoir jamais de réponse claire sur la finalité de la séduction.

Dans la version artiste, Dom Juan est craint pour sa notoriété, dans la version western, il est craint parce qu’il est une fine gâchette (son calme le rend encore plus dangereux et imprévisible). Dans la version artiste, Dom Juan est plus colérique, il assume son pouvoir et en abuse.

Dans les deux versions, le rapport à la morale et à Dieu est présent mais la perception et l’approche diffèrent selon les époques.

L’intérêt de travailler deux versions différentes réside également dans les échos que l’une et l’autre se renvoient.

On retrouve des fêlures, des ruptures identiques dans les deux personnages mais elles ne s’expriment pas de la même façon et au même moment dans le temps. Avec un même texte et une même matière, deux personnages développent une pensée différente.

L’attention, si différente, portée aux femmes par Dom Juan dans les deux versions. Sa brutalité ou sa légèreté, sa position sociale, son âge… tous ces éléments influencent considérablement les personnages qui gravitent autour de Dom Juan dans cette pièce. Et en premier lieu Sganarelle : valet classique au service de Dom Juan dans le version western, il devient l’homme à tout faire de la star dans la version artiste.

 Difficile d’en faire un « héros » mais c’est un personnage qui questionne nos libertés :

Liberté de pensées, liberté sexuelle, rapport entre liberté et morale ( où place t-on le curseur ?)

Dom Juan se plaint de l’hypocrisie du monde, l’hypocrisie de l’humain qui souhaite comme lui vivre pleinement « ses libertés ».

Comment vit-on entre désir et morale ?

Dom Juan nous parle de nos peurs, nous questionne sur notre monde moderne (suis-je libre ? Qu’est ce que la liberté ? Ma liberté est-elle entravée par les autres ?…)

Dom Juan nous parle aussi de l’individualisme.

L’importance de la musique dans ce projet :

Dès l’origine du projet « Dom Juan », il fut évident que la musique prendrait une part prépondérante. Point commun à deux mises en scène aux enjeux différents, la bande originale, créée spécialement pour ces spectacles, est le pont qui unit ces versions « western » et « artiste ». Les musiciens y délivrent des ballades jazzy et blues où le rock s’immisce harmonieusement. Le long d’une promenade colorée, les notes de Brassens, Gainsbourg ou Higelin viendront aussi rappeler que les esprits libres ont toujours combattu les hypocrisies de leur siècle.

Voix : Hélène Martin

Saxophone : Daisuke Kato

Guitare et texte : François Couder

Cajon, Mélodica et autres instruments : Alain Persin

Clavier : Claude Etienne

 
Possibilité sur Twitter de donner vos sentiments en direct sur la pièce et/ou poser des questions auxquelles nous répondrons ensuite après le spectacle :
https://twitter.com/citerneb

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *